élixir et vieilles dentelles

Bienvenue

Bonjour et bienvenue dans l'univers d'élixir et vieilles dentelles. Pourquoi ce titre ? Parce que je voulais réunir au moins deux domaines qui me passionnent parmi d'autres, donc élixir pour tout ce qui se rapporte à la magie naturelle, au jardin médiéval, à la médecine antique, aux arts hermétiques et vieilles dentelles pour le domaine de la créativité qui occupe aussi mes (rares) loisirs !

Je vous invite à une visite dans mon jardin baroque où vous trouverez mes livres mais aussi ceux d'autres auteurs que j'apprécie, des articles, des recettes anciennes.

Mon chemin de vie m'a menée vers des destinations étranges et des rencontres insolites...

jusquiame 001

Durant des années, j'ai poursuivi des recherches sur les plantes, l'histoire des magies, la numérologie, l'Astrologie, le Tarot, le Chamanisme, les capacités de l'esprit, les lois universelles et je pratiquais (et pratique toujours ) la communication intuitive.

J'ai, durant de nombreuses années, fait profession de répondre à celles et ceux qui désiraient mieux se connaître,  comprendre l'autre ou les autres avec qui elles ou eux partagent la vie affective, familiale, professionnelle. On me consultait pour savoir quel est le meilleur moment pour changer de direction, de métier, acheter un bien et, plus important encore, pour tenter de répondre à cette question essentielle : quel est mon chemin de vie.?

Ces univers sont merveilleux et donnent accès à la dimension magique du monde... pour moi... la vraie... et pour vous ?

 

Posté par anna caranta à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 mai 2021

La mémoire du château

Voici une anecdote en relation avec la mémoire des lieux et les capacités de l'esprit dont des extraits sont tirés d'un chapitre de mon livre « la coupe et la plume ».

 

Les lieux ont une mémoire. Lorsque cette mémoire a enregistré des événements heureux,

des émotions positives, l’expression de la foi, des rituels sacrés, une volonté constante de reliance à ce qu’il y a de meilleur ou de plus élevé, ces lieux sont bénéfiques. Ils pourront favoriser des guérisons, le retour au calme et à l’harmonie, certains seront même considérés comme des hauts lieux. Mais si des drames se sont déroulés, des morts violentes, des agressions, des accidents, des disputes, la haine ou la folie laissent leur empreinte et ces lieux sont mauvais, malsains, souvent considérés comme maudits. Ils ont besoin d’être nettoyés, d’où l’usage du balai des sorcières.

 

Ce n’est qu’une question d’imprégnation. Beaucoup de lieux souffrent d’erreurs dans

l’implantation ou la construction et provoquent ainsi des nuisances. La plupart du temps, un bon géobiologue pourra y remédier. D’autres souffrent d’une mauvaise mémoire. C’est le cas de la plupart des lieux dits hantés.Une autre cause de soi-disant hantises est la présence d’une personne hyper sensible. Dans beaucoup de cas étudiés, il a pu être noté la relation entre des phénomènes paranormaux et la présence d’un ou d’une adolescente à l’âge de la puberté. Si l’on combine sujet hyper sensible et mauvaise mémoire d’un lieu, le résultat peut être impressionnant.

 

Les maisons hantées, j’y ai vécu toute mon enfance. Je sais maintenant que j’étais à l’origine des manifestations en projetant mon énergie sans contrôle. Ce n’est que lorsque j’ai appris à la canaliser que ce type de phénomènes à cessé. La plupart des cas où l’on a sollicité mon intervention étaient dans ce modèle. La peur amplifie et déforme les perceptions. Si on la laisse dominer l’esprit, les manifestations augmenteront et donc la peur avec. C’est un cercle infernal dont il devient de plus en plus difficile de s’extraire.

 

Dans le cas des lieux dont les murs ont une forte mémoire, voici une expérience assez intéressante puisqu’elle fut relatée dans un livre et dans une émission de télévision.

Un ami sophrologue, André Daprey, m’avait demandé de faire partie d’une équipe de médiums pour une « mission » dans les Ardennes belges. J’avais déjà participé à quelques séances avec lui et je l’appréciais beaucoup ainsi que son épouse Denise, remarquable astrologue. Par téléphone il expliqua qu’un groupe d’investisseurs du Moyen-Orient, ayant acheté un château, souhaitait le faire « tester » avant d’y implanter une activité. La démarche était originale. Ce groupe ayant engagé une directrice de projet très scientifique pour nous « encadrer ». La procédure proposée était la suivante : nous allions recevoir une enveloppe contenant des instructions très précises que nous nous engagions à respecter. Nous devions nous rendre au château durant trois jours avec interdiction de sortir ou de communiquer avec les gens du coin. Le courrier arriva avec un plan de route détaillé afin que nous ne soyons pas tentés de demander notre chemin à quelqu’un. Nous devions arriver directement sans passer par la case « village ». Il fallait donc prévoir dès le départ tout ce dont nous pourrions avoir besoin. Ainsi fut fait. Nous allions alors vivre une expérience hors du commun dont toutes les informations reçues par le groupe furent validées par la suite.

 

L’histoire est si extraordinaire qu’elle figure dans un livre d’André (André DAPREY « L’éveil de l’homme lumière » Guy Trédaniel éditeur – 1994) et que la Télévision sollicita notre sophrologue pour tourner un épisode de l'émission mystère qui était très suivie à l'époque.

 

Lorsque André nous recontactera pour nous demander si nous acceptons de participer au tournage, la plupart des médiums qui avaient fait partie de l'équipe refusèrent. Nous avions tous des craintes quant à l’interprétation qui serait faite de ces évènements. Quelques-uns cependant acceptèrent de témoigner. Effectivement, la réalisation du sujet nous décevra, mais nous serons toutefois heureux que les informations reçues par le groupe s'avèrent toutes exactes.

 

Nous en avons retiré la confirmation que l’esprit humain détient des capacités insoupçonnées. Ce n’est pas une histoire de maison hantée. C’est une lecture de l’énergie d’un lieu et l’expérience des possibilités d’un groupe bien entraîné.

 

Amusez-vous à visionner la vidéo qui est encore disponible sur dailymotion (j'y figure sous mon autre prénom d'Anouchka, ne soyez pas surpris). Bien sûr, le style du film date un peu (soyez indulgents) mais les faits étant réels, je pense que cet extrait à valeur de témoignage sur des phénomènes encore mystérieux.




https://www.dailymotion.com/video/x2pjrn

Posté par anna caranta à 17:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mai 2021

Comment chasser les ondes négatives d'un lieu

Vous allez pouvoir évacuer le négatif qui s’installe et s’incruste comme la poussière ou les petites mauvaises odeurs ! Nos pensées, nos émotions imprègnent les lieux et s’enregistrent comme les sons dans les sillons de nos anciens disques. Il faut régulièrement nettoyer « énergétiquement » nos lieux de vie et/ou de travail.

On parle de mémoire des murs. C’est une réalité que j’ai rencontrée au cours de mes enquêtes et expériences sur des lieux chargés. Je reviendrai sur ce sujet dans une prochaine communication.

Nous pouvons changer, améliorer notre vie en intégrant cette grande vérité : l’esprit peut tout. Aujourd’hui, de nombreuses observations scientifiques attestent que notre pensée n’affecte pas que notre moral, notre psychisme, mais aussi notre corps physique et notre environnement. Mais il n’est pas aisé de maintenir le mental dans la bonne direction. Avez-vous remarqué qu’inlassablement de vilaines petites pensées parasitaires s’invitent dans nos réflexions. Faire le vide est plus facile à dire qu’à faire ! Il y a cependant des aides très utiles qui peuvent y remédier : l’utilisation des lois naturelles. Les anciens nommaient cela la magie naturelle.

On peut alors considérer que la magie est plus qu’un art, c’est aussi une science. Oserais-je dire qu’en matière de Magie, il n’y a rien de magique, mais la conséquence de l’application de principes hyperscientifiques concernant la véritable structure de l’Univers. Cela nous aide à comprendre à quoi servent les rituels. Ils servent, d'une part à réunir des éléments vibrants à la même longueur d'onde et, d'autre part, à canaliser notre énergie, à concentrer nos pensées sur un thème.

Nous savons donc qu'un transfert d'énergie s'opère entre deux éléments de même longueur d'onde. Le test des diapasons illustre ce principe : En prenant deux diapasons qui vibrent à la même note et en les plaçant dans deux pièces différentes, si l'on fait sonner le premier, le second diapason entrera seul en vibration.

Ce transfert d’énergie entre des longueurs d’onde similaires est un principe que la Magie connaît et applique et qui explique le pourquoi de certains rituels. Exemple : Dans le cas d’un rituel concernant le domaine affectif, le pratiquant va réunir un maximum d’éléments vibrants à la même fréquence. En choisissant, par exemple, le jour et l’heure recevant l’influence de la planète influençant le secteur de l’affectif, qui pour ce cas est Vénus (vendredi), puis la couleur en correspondance (le vert) dans le vêtement, les bougies, le minéral pierre ou cristaux en correspondance. Ainsi ce que l’on taxe souvent d’actes superstitieux ou ridicules s’explique par le fait que l’opérateur, en réunissant des éléments harmoniques, ne fait que mettre en pratique une loi universelle, en l’occurrence la loi de résonance, pour donner un maximum de puissance à son action et obtenir une matérialisation.

Voici donc ce secret chamanique (et magique) pour chasser d'un lieu les vibrations négatives et les mauvaises mémoires : prenez ou confectionnez un balai neuf qui ne servira qu'à cet usage. Balayez vos pièces en commençant par la plus éloignée de la porte d'entrée, ne ramassez pas les poussières. Vous devez les évacuer toutes ensembles pas la porte d'entrée. Tout en balayant, concentrez-vous sur la pensée que tout ce qui est négatif est évacué. Sentez vous ainsi que votre lieu devenir de plus en plus lumineux et sécurisants. Si vous avez un tapis de seuil, retirez-le pour laisser passer votre poussière négative et tapez-le soigneusement à l'extérieur. Vous pouvez tranquillement refermer votre porte, car la maison est énergétiquement purifiée.

Vous pouvez pousser plus loin votre purification en procédant ensuite à une fumigation. Les chamans utilisent fréquemment la sauge. J'ai opté pour un mélange sauge et lavande – plantes aux vertus traditionnellement protectrices – et qui présente aussi l'avantage de ne pas avoir besoin d'un charbon pour se consumer. Poser un petit tas de ce mélange dans un récipient résistant au feu en veillant à ajouter en support une plaque de bois ou autre matériau isolant, car en brûlant cela devient très chaud. Allumez avec une allumette tout en soufflant doucement. Le mélange va rougeoyer puis dégager une intense fumée. Toutes les fenêtres doivent être fermées. Il ne doit pas y avoir d'autres personnes que vous dans la maison et aucun animal – donc tout le monde va se promener ! Commencez votre fumigation en partant de l'entrée et en vous dirigeant vers la gauche : chaque pièce doit être traitée. Les chamans opèrent un signe de croix devant toutes les portes et les fenêtres. Les placards doivent être ouverts et les recoins ou réduits surtout pas oubliés. N'oubliez ni cave, ni grenier ou garage. Ayez sur vous un petit sac contenant vos plantes afin de pouvoir maintenir la fumigation en rajoutant régulièrement une pincée de plantes en soufflant doucement. Vous terminez la déambulation en arrivant du côté droit, face à l'entrée. Ensuite, ouvrez largement les fenêtres afin que l'intense fumée s'évacue et que personne ne soit incommodé. Il n'est pas recommandé de stationner dans une pièce remplie de fumée.

Petite mise en garde, si votre lieu est équipé de détecteur de fumée oubliez la fumigation sinon vous serez obligé d'expliquer aux pompiers que vous êtes chaman !!!

Enfin, dernier truc utile (surtout si on ne peut pas utiliser la fumigation, il est possible de placer sous le tapis de seuil une pochette de gaze contenant un sel de protection fabriqué selon une recette traditionnelle. En général du gros sel peut faire l'affaire, mais il existe des mélanges issus de recettes remontant à Sumer, Babylone et l'Égypte antique. Vous pouvez en trouver dans ma boutique MotherFrogArt sur etsy.

 

Enchantez votre vie par MotherFrogArt

Vous avez cherché ceci : MotherFrogArt ! Découvrez les articles uniques créés par MotherFrogArt. Chez Etsy, nous sommes particulièrement fiers de notre communauté internationale de vendeurs. Chacun d'entre eux contribue à une place de marché internationale rassemblant des objets créatifs. En soutenant MotherFrogArt, vous aidez une petite entreprise mais aussi Etsy !

https://www.etsy.com

 

 

Posté par anna caranta à 15:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mars 2021

Hortus : mythes et symboles - 2

Mais, tout symbole possède son envers, sa face contraire. Dans son expression inversée, le vert devient le symbole de la corruption, de la putréfaction, de la moisissure. De « pré verdoyant et vivifiant » il devient le « tapis vert » champs clos où se déroule le jeu de la dégradation morale et que nous retrouverons dans les tripots et casinos. Au Moyen Age le vert sera donc le double emblème de la vie et de la folie. Indissociable de la couleur verte, le légume représente à son tour le cycle vie-mort : il croît dans les entrailles de la terre, devient aliment, est digéré, se corrompt, et, en se putréfiant, devient déjection et engrais qui retourne à la terre et la nourrit.

Vivi's greenman

Ce symbolisme chromatique et végétal va s'exprimer, dans les traditions indo-européennes, par une mystérieuse figure : celle de « l'homme sauvage » ou « homme vert », « greenman » associée souvent au mois de mai. Persistance de la fête celtique de Beltaine (1er mai) qui se perpétue dans le folklore des régions par l'arbre de Mai vêtu de branchages avec la reine de Mai couronnée de fleurs. Ce héros symbolisant le renouveau de la nature, affronte les forces restrictives de l'hiver et en triomphe. Il deviendra, en Angleterre, Robin des bois traditionnellement vêtu de vert ou, dans le cycle des contes du Graal, le chevalier vert. Il sera l'homme des bois ou homme de nature, pour les « imaigiers » médiévaux, portant un bâton surmonté d'une tête de femme : la mère folle, la mère nature de la science hermétique et des alchimistes. Ce personnage symbolise alors l'initié car celui qui se nourrit de la nature devient le sage. Celui qui reste vert se métamorphose.

Allons plus avant dans l'hortus car certaines plantes sont impatientes de nous livrer leurs secrets. Voici l'ail (alium sativum) si humble et courant dans nos cuisines alors qu'il est prince dans les arts magiques . Il déchaîne les passions. Adoré ou détesté, ne laissant personne indifférent. Son nom commun provient du celte All qui signifie « brûlant ». Un manuscrit du Moyen Age nous dit : « ...il faut en manger modérément pour que le sang ne s'échauffe pas trop à l'intérieur de l'homme.» Les Égyptiens l'avaient élevé au rang d'un dieu car il protégeait des épidémies et renforçait la vitalité. Durant la construction de la grande pyramide de Gizeh, où quelques 100 000 hommes étaient employés, l'ail était largement distribué aux employés. L'historien Hérodote relate une dépense de 1000 talents d'argent (somme considérable) pour la seule acquisition d'ail, d'oignons et de radis. Chez les romains, l'ail renforçait la vigueur des soldats et des gladiateurs ; ces derniers s'enduisant le corps d'une purée d'ail avant de descendre dans l'arène. Plus tard, il est relaté que lors de la bataille de Pavie, les espagnols avaient « dopés » leurs arquebusiers à l'ail.

Un usage important en était fait lors du déroulement des cérémonies en l'honneur de la redoutable Hécate, déesse de la germination et des moissons. Au cours de ces mystères, les participants ingéraient de l'ail durant plusieurs jours. Des guirlandes d'ail ornaient les processions. Un rite effroyable consistait à aligner le long des routes des cadavres vidés de leurs entrailles et bourrés d'ail. En fait, les grecs avaient l'ail en horreur, mais il convenait de procéder à des actes déplaisants pour se concilier une divinité aussi terrible qu'Hécate. A l'inverse, l'accès des temples de la déesse Cybèle étaient interdits à ceux qui mangeait de l'ail.

Le nom sanscrit de cette plante est bhütagna qui signifie « tueur de monstres » et cette dénomination à elle seule illustre le mythe majeur de l'ail. On lui attribue le pouvoir de repousser le mal. Dans l'Odyssée d'Homère, c'est grâce à une gousse d'ail, offerte à Ulysse par le dieu Hermès, que la magicienne Circée sera contrée.

circée offrant un breuvage

Circée offrant un breuvage à Ulysse - vers 490-480 av J.-C.  musée national archéologique d'Athènes - source Wikipedia

Si une pierre précieuse ou un bijou est réputé maléfique. Il faut l'exorciser avec de l'ail. Le folklore de nombreuses contrées relate un usage « d'absorbeur de mal » en frottant la partie malade avec une gousse jetée ensuite dans l'eau courante d'une rivière ou bien brûlée, voire confiée à l'église la plus proche après l'avoir enfermée dans un coquillage. Mais la plus grande renommée de l'ail provient sans conteste de son usage pour repousser les vampires. Ces créatures sont liées au mythe du sang qui remonte au temps les plus anciens. On en trouve mention dans les traditions de presque tous les peuples, mais plus encore dans les Balkans où l'on continue, de nos jours, à croire fermement en leur existence. Il est probable que ces croyances tirent leur source d'une pathologie bien réelle : la porphyrie. Cette maladie héréditaire du sang (justement très présente sur le territoire des Balkans) provoque une hyper sensibilité aux rayons du soleil, des déformations faciales et dentaires amenant le sujet atteint à présenter un rictus et des canines proéminentes et une grande pâleur. Certaines substances aggravent la maladie et provoquent des crises de porphyrie. Et l'une de ces substances, agissant avec des enzymes du foie, à été identifiée dans l'ail ! Voilà peut être le fin mot de la terreur de l'ail des Nosferatus et autres Drakuls.

 

Posté par anna caranta à 14:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mars 2021

Hortus : mythes et symboles - 1

Hortus, mythes et symboles

 

Des cinq espaces composant le jardin médiéval, l’hortus est essentiellement consacré aux nourritures du corps.Dans la société médiévale, l’un des aspects majeurs de la santé pour l’homme est l’art du bien manger. Le diaita grec (mode de vie) deviendra la diététique.

 

Il existe au Moyen-Age, dans les principes de l’alimentation, une hiérarchie des aliments en fonction des classes sociales ainsi qu’une correspondance avec les quatre éléments : air, feu, eau, terre. Les créatures de l’air (volatiles) s’élevant au-dessus du sol seront la nourriture de la noblesse, ensuite les animaux mobiles se déplaçant à la surface de la Terre (élément feu) et ceux de l’élément eau (poissons, crustacés) les repas des nobles et bourgeois. Enfin ce qui vient de dessous terre ou pousse au ras du sol (légumes racines, légumes feuilles et légumineuse) seront pour les humbles.

 

Mais, comme nous le disait Jean Marie Pelt : « Si l’aliment fondamental de toutes les classes sociales est d’abord le pain, les légumes du potager en constituent l’indispensable complément.» Et, santé oblige, nos légumes vont gagner leur titre de noblesse et signer de leur bienfaisante présence nombre de recettes.

 

L’hortus procure aussi une autre nourriture, subtile, qui alimente l’émotionnel, l’imaginaire et que l’humain reçoit au-delà de l’intellect : c’est le symbole. Omniprésent dans notre quotidien, à qui l’apprivoise et sait le percevoir, le symbole est comme un clin d’œil de l’invisible et un rappel constant que l’homme n’est pas que matière et densité, mais aussi esprit et âme.

 

Notre hortus va révéler à l’observateur attentif ses messages substantatoires par l’intermédiaire d’une symbolique qui s’exprimera dans la couleur, la forme, le mythe, la légende, l’anecdote.

 

Découvrons ensemble un premier symbole du jardin, celui de la couleur verte. En Égypte antique, le vert dont le hiéroglyphe est un papyrus, est dédié au dieu Ptha, le créateur. Le vert préside à la création du monde, il représente la naissance, la régénération. C’est la couleur de la vie et de l’espérance. Il s’associe également à d’autres dieux tels le Lug gaulois, Mercure-Thot ou la planète Vénus. C’est le sinople de l’héraldique représentant champs, prés et pâturages, mais surtout la virilité spirituelle, la joie d’une âme qui sait « rester verte » et aussi la guérison. Le prophète Élie était surnommé le verdoyant. Dans l’iconographie chrétienne, la croix est souvent représentée en vert, en arbre de vie qui portera les fruits de la Foi. Celui qui arbore le sinople dans ses armoiries doit exprimer la candeur de l’enfance ainsi que la compassion et la courtoisie. À suivre.

Arcimboldo_-_Skoklosters_slott_-_87582

Posté par anna caranta à 17:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 février 2021

Réussir son chemin de vie

   Le chemin de vie de chaque être est l'itinéraire idéal à suivre pour exprimer pleinement son potentiel. Il pourrait être défini comme le programme établi par l'âme avant la naissance afin d'accomplir ce que nous sommes venus faire dans ce monde. Mais, comment gérer les expériences rencontrées et utiliser son potentiel pour suivre le plan qui amène l'individualité à un élargissement de la conscience dans un but de perfectionnement. ? Le problème que la plupart d'entre nous rencontre, c'est de ne pas se souvenir de ce programme. La présente étude, fusion de deux ateliers animés par l'auteur « Les clés de l'abondance » et « Enchantez votre vie », est issue d'un long cheminement de recherches, de partages et d'expériences. Véritable « boite à outils » pour devenir l'artisan de votre succès, vous y découvrirez les principes secrets menant à l'accomplissement d'une vie harmonieuse et prospère..

Posté par anna caranta à 18:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]